Vous êtes ici : Accueil > Livraisons > Deuxième livraison > France = Les inscrip...

France = Les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art de l’Occident médiéval – catalogue et édition

frPublié en ligne le 11 mars 2019

Par Françoise Gay

1Note des éditeurs : Le présent catalogue propose l’édition des inscriptions mentionnées dans l’article en trois parties « Il a parlé par les prophètes. Les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art de l’Occident médiéval » publié en 2017 et 2018 dans la revue In-Scription. Il fournit au lecteur les informations complémentaires aux réflexions de son auteur et rassemble un corpus original d’œuvres d’art et d’inscriptions à travers l’Europe, dispersées jusqu’à ce jour dans des publications diverses, d’accès parfois difficile. Les notices reprennent la structure et les normes d’édition du Corpus des inscriptions de la France médiévale, en les adaptant parfois légèrement en fonction de la source des transcriptions. Le commentaire concerne principalement la forme de la citation prophétique et son interprétation renvoie aux développements publiés dans l’article. Quelques-unes des inscriptions citées dans le texte n’ont pas été reprises ici ; d’autres ont été ajoutées a posteriori, sans affecter cependant les grandes lignes dégagées au cours de cette étude.

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE, cathédrale, Vitrail de la Rédemption

2Des panneaux provenant de l’ancienne cathédrale consacrée en 1147 ont été replacés au xiiie siècle dans la nouvelle cathédrale gothique. Restaurés entre 1951 et 1954, Ils sont maintenant exposés dans la salle du trésor1. Généralement nommé vitrail de la Crucifixion, ce vitrail typologique est consacré en réalité à l’annonce de la Rédemption. Le panneau central est consacré à la Crucifixion ; y figurent, outre le Christ en Croix, la Vierge, saint Jean, le soleil et la lune. Sur les quatre lobes entourant la scène centrale sont représentés le Sacrifice d’Abraham, Moïse et le serpent d’airain, l’Église et la Synagogue. À l’extrémité gauche de la partie centrale se tiennent David et Osée, tandis qu’à droite se trouvent Samson puis Job et la capture du Léviathan. Sous la Crucifixion figurent les évocations de la première Pâque et de la veuve de Sarepta, tandis qu’au-dessus de cette scène centrale la vision d’Ézéchiel et une grappe de raisin de Canaan sont représentés. Une inscription dans un cercle entourant la croix donne le sens de l’ensemble.

3Grodecki L., Le vitrail roman, 1977,p. 278.

4Site DRAC Champagne-Ardenne : La cathédrale Saint-Etienne de Châlons-en-Champagne. http://www.cathedrale-chalons.culture.fr/tresor.htm

5Favreau R., « Le vitrail de la Crucifixion de Châlons-en-Champagne », 2013, p. 113-135.

6Les inscriptions sont en capitales, le texte étant délimitées par des lignes. Les textes des inscriptions comprennent de nombreuses abréviations, notamment les terminaisons en -us remplacées par le signe habituel, un P barré pour per dans le mot super. Le mot et est également remplacé par le signe 7. Il y a plusieurs lettres conjointes, comme le A et le N dans sanguine.

7L’inscription du cercle

8 QVOD VET INTVLIT ALTER ADA TVLIT IN CRVCE FIXVS

9 Quod vet(us) intulit alter Ada(m) tulit in cruce fixus.

10Ce que le Vieux (Testament) cache, l’autre Adam, lié à la croix, le dévoile.

11La Synagogue

12Elle est représentée en dessous de la Crucifixion.

13 SANGVIS EI SVP NO

14 SVP FILIOS NOSTROS

15Sanguis ej(us) sup(er) no(s) (et) sup(er) filios nostros.

16Son sang sur nous et sur nos fils.

17Matthieu XXVII, 25.

18Les deux prophètes David et Osée, contre l’espace semi-circulaire où est illustré le sacrifice d’Abraham, portent des phylactères. Seul le nom de David est mentionné, à droite de sa tête.

121Osée

19Il est représenté en pied, dans un long vêtement, et tient de sa main gauche le phylactère qui suit la forme du lobe. De sa main droite le prophète semble faire un geste accompagnant une explication.

20O MORS ER

21 MOR TV

22O mors. Er(o) mor(sus) tu(us).

23Ô mort, … je serai ta morsure.

24Osée XIII, 14 et I Corinthiens XV, 55*.

25David

26David est placé au-dessus d’Osée, vêtu de riches habits, couronné et portant un sceptre. Le phylactère qu’il tient de la main gauche lui aussi suit le contour supérieur du lobe. Son nom figure au-dessus de lui.

27DAVID

28 ERVISTI ANIMA

29 EX IN O · INF

30Eruisti anima(m) ex in(fern)o inf(eriori).

31David. Tu as délivré mon âme des profondeurs des enfers.

32Psaume LXXXVI, 13. Ce verset est utilisé dans la liturgie du Dimanche des Rameaux.

33Ézéchiel

34La vision d’Ézéchiel est représentée dans la partie supérieure du vitrail. Vêtu de blanc, il tient une corne dans la main gauche. Le texte est inscrit sur le fond du vitrail dans des espaces rectangulaires colorés.

35 VIR LI

36 NEIS

37 INDVT

38 VESTIB

39 Vir lineis indu(tus) vestib(us).

40 Un homme portant un vêtement de lin blanc.

41Ézéchiel IX, 2.

42Ce vitrail fait partie des œuvres symboliques dans lesquels l’iconographie et les textes se complètent et dont le caractère typologique est clairement annoncé. Nous nous contenterons ici de constater ici que deux des trois textes ne sont pas cités dans d’autres inscriptions (le verset des Psaumes et celui d’Ézéchiel).

CHANTILLY, musée Condé - Tableau réemployé pour servir de reliure

43Cette œuvre réalisée aux environs de 1180 est attribuée au maître colonais de l’autel portatif de Saint-Grégoire. La plaque de cuivre rouge était probablement destinée à recevoir des émaux, mais il n’en reste aucun. Elle est divisée en carrés ordonnés autour de la scène centrale. La partie centrale se décompose en 3 registres : au milieu est représentée la Crucifixion avec Marie, Jean, l’Église et la Synagogue ; en haut l’Ascension ; en bas les Saintes Femmes au Tombeau. Les scènes bibliques contenues dans les carrés préfigurent la mort du Christ sur la Croix : le sacrifice d’Abel, l’offrande de Melchisédech, le sacrifice d’Abraham, Isaac, l’Arche de Noé, le signe du Tau sur la porte des Hébreux, Moïse et le serpent d’airain, le signe du Tau sur le front des Hébreux, la bénédiction d’Ephraïm par Jacob, Moïse faisant jaillir l’eau du rocher, Botrus, la veuve de Sarepta, Isaïe, David, Salomon, Jérémie. Les inscriptions soulignent le caractère typologique de l’œuvre, en particulier celle qui entoure la partie centrale.

44Didron, La symbolique chrétienne, 1848, t. 8, p. 1-16.

45Gauthier, Émaux du Moyen Âge occidental, notice n° 103, p. 356 et pl. 103, p. 147.

46Les nombreux textes qui complètent ce tableau ont été écrits dans des caractères variant en fonction du type de l’inscription et de sa place. Les trois textes qui font le tour de la plaque elle-même et des deux rectangles concentriques sont écrits en capitales, de taille décroissante : l’inscription extérieure est faite de très grands caractères, celle du milieu de caractères un peu plus petits et enfin les caractères du texte entourant les images de la Passion, la Résurrection et l’Ascension sont encore plus petits. Les lettres des textes accompagnant les scènes bibliques ont un tracé plus fin pour la plupart et l’ensemble est moins régulier. On note quelques onciales, comme le M de MOYSES, et quelques lettres entrelacées comme le M et le E de MEUS, le N et le D de RUBICUNDUS. Les abréviations par contraction sont classiques : DNI, ECCLA, mais il y a surtout des abréviations par suspension.

47Inscription entourant les trois scènes centrales

48+QVOD VETVS EXEMIT· NOVVS ADA·MORTE· REDEMIT SVSCITAT·INDE·DEVS : CORRVIT· VNDE· REVS·VITA REDIT·MORS·VICTA·PERIT·HOMOSVRGE CREDIT·SVMAQUE :CV DNO· SCANDERE REGNA ·SVO2.

49Quod vetus exemit novus Ada morte redemit suscitat inde Deus corruit unde reus. Vita redit mors, victa perit, homo surgere credit summaque cum Domino scandere regna tua.

50Ce que le vieil Adam a perdu, le nouveau le rachète par la mort. Dieu suscite le salut d’où le coupable avait tiré la chute ; la vie revient, la mort vaincue périt. L’homme croit qu’il ressuscitera et montra avec le Seigneur aux royaumes suprêmes.

51Nous nous intéressons plus particulièrement ici aux 4 compartiments du bandeau inférieur consacrés à Isaïe, David, Salomon, et Jérémie. Moïse, Melchisédech, Abraham ne sont pas ici présentés en tant que prophètes mais à l’intérieur de scènes à caractère typologique. Les quatre prophètes sont placés dans des carrés ornés chacun de six rinceaux, le nom des prophètes étant inscrit dans les deux rinceaux du milieu. Le texte tiré des livres bibliques qui leurs sont attribués se répartit entre le haut et le bas du carré. Les textes sont lisibles sur la photo de l’ouvrage de M.-M. Gauthier3.

52Isaïe

53Il se trouve dans le carré de gauche, légèrement tourné vers sa gauche ; on ne distingue pas ses mains qui sont cachées par son long vêtement.

54 ES   AIAS

55 LIVORE · EIVS · SAN

56 ATI · SVMVS

57Isaias. Livore ejus sanati sumus.

58 Isaïe. Par ses blessures nous sommes guéris.

59Isaïe LIII, 5. Le verset est repris dans le Nouveau Testament : I Pierre II, 24. Il figure souvent dans des textes participant à la controverse avec les Juifs.

60David est vêtu d’un vêtement court et un long manteau ouvert ; comme d’habitude il porte la couronne et le nimbe. Il a les deux bras levés dans la position de l’orant.

61 DA   VID

62 DE · TORRENTE · INVIA·BIBET

63 PROPTEREA·EXALTABITCAPVT

64 David. De torrente in via bibet propterea exaltabit caput.

65 David. En chemin, il boit au torrent ; à cause de cela il relève la tête.

66Psaume CX, 7.

67Salomon

68Il se présente comme David, dans la même attitude.

69 SAL   EMON

70 DILECT   MEVSCANDID

71 ET · R VBICV NDVS

72 Salomon. Dilect(us) meus candid(us) et rubicundus.

73 Mon aimé (est) radieux et éclatant.

74Cantique V, 10. Ce verset fait partie de la célébration de la Nativité de la Vierge.

75Jérémie

76Il est situé dans le dernier carré à droite et tient une banderole de la main droite. Il est, comme Isaïe, légèrement tourné vers le centre de la plaque.

77 IEREM    IAS

78 TORCVLAR CALCAVIT ·

79 DN VIRGINI FILIE IVDE

80 Jeremias. Torcular calcavit D(omi)n(u)s virgini fili(a)e Jud(a)e.

81 Jérémie. Le Seigneur a foulé au pressoir la jeune fille, fille de Sion.

82Lamentations I, 15.

83Là encore, il s’agit d’une œuvre clairement typologique, à la fois par ses images et par ses textes. Seul le verset attribué à Isaïe est reproduit dans d’autres œuvres répertoriées.

CHEMILLÉ-SUR-INDROIS, chapelle Saint-Jean du Liget - Peintures murales

84Située à proximité de la chartreuse du Liget, fondée en 1178, cette chapelle serait un vestige d’une construction antérieure dont la nef a disparu et dont il subsiste seulement la chapelle ronde des origines. À l’intérieur, les parties basses étaient décorées de draperies peintes qui ont disparu. Aux deux tiers de la hauteur de la chapelle se trouve le principal registre de la décoration : les scènes du cycle christologique ou de la vie de la Vierge sont représentées au-dessus d’une double grecque. En commençant la lecture à gauche de la porte sud on découvre successivement un arbre de Jessé, simplifié à l’extrême, un épisode disparu (Annonciation ?), la Visitation, la Nativité, la Présentation au temple, la Déposition, les Saintes Femmes au Tombeau, la Dormition de la Vierge. Au registre supérieur, dans des espaces rectangulaires, les prophètes en buste présentent des phylactères établissant des rapports entre l’Ancien Testament et les scènes figurées en dessous : Abraham, Ézéchiel, David, Osée. Jessé, qui introduit le groupe de prophète, est assis et tient une courte tige à la main ; près de lui se tient la Vierge et l’Enfant qui semble jaillir du nimbe de sa mère. Au-dessus de l’Enfant un cercle figure le ciel (ou le monde) d’où émergent les têtes des sept colombes représentant les dons du Saint-Esprit. Comme dans les autres scènes, seuls les noms des personnages sont mentionnés. L’état des peintures s’étant altéré rapidement, il convient de se référer aux photos de 1979 et au travail de M. Thibout.

85Thibout M., « L’église Saint-Jean du Liget », dans CAF, Tours 1948, p. 187 et suivantes.

86Favreau R., « Peintures et épigraphie, La chapelle du Liget », 1988, p. 41 à 49.

87CIFM, t. 25, notice n° 49, p. 74-77.

88Les inscriptions que nous pouvons encore lire sont des textes en capitales de module moyen, à double tracé, de couleur brun foncé. Les personnages sont identifiés verticalement, sauf Jessé. Les abréviations se font essentiellement par suspension. Il n’y a pas d’onciale.

89Jessé

90 IESSE

91 Jesse.

92 Jessé.

93Abraham

94Abraham est représenté au-dessus de la scène séparant la Mort de la Vierge de l’Arbre de Jessé. Il tient dans sa main droite un phylactère qui se déroule devant lui. Son nom est inscrit verticalement à droite de sa tête.

95H

96A

97B

98RA

99HAM

100IN SEMINE TVO BENEDICEN

101Abraham. In semine tuo benedicen(tur).

102Abraham. Dans ta descendance seront bénies (toutes les nations de la terre)

103Genèse XXVI, 4 et Actes III, 25. Ce passage de la Genèse, relevé seulement deux fois dans notre catalogue, est souvent cité dans les textes de controverse avec les Juifs.

104Une deuxième inscription notée par M. Thibout, près de celle d’Abraham, pourrait avoir été présentée par Isaïe ; en effet le texte encore visible est une citation de ce prophète, citation qui serait à l’origine du thème de l’Arbre de Jessé.

105Isaïe

106EGREDIETVR VI DE RADICE IESSE

107Egredietur vi(rga) de radice Jesse.

108 Une petite branche sortira de la souche de Jessé.

109Isaïe XI, 1. Ce texte est répertorié une dizaine de fois dans notre relevé ; il est cité souvent dans la liturgie de l’Avent, l’Annonciation, la Nativité de la Vierge. Il fait partie des citations fréquemment utilisés par les auteurs de sermons ou lettres exposant la doctrine chrétienne aux Juifs*.

110Ézéchiel

111 POR HEC CLA

112 Por(ta) h(a)ec cla(usa).

113 Cette porte fermée.

114Ézéchiel XLIV, 2*.

115David

116Ce personnage couronné figure au-dessus de la représentation des Saintes Femmes au tombeau. Le roi-prophète tient de la main gauche, devant lui, un phylactère presque semi-circulaire, enroulé aux deux extrémités.

117 LAPI QVEM REP BAVERVNT

118Lapi(dem) quem re(pro)baverunt.

119La pierre que rejetèrent…

120Psaume CXVIII, 22. Ce texte est évoqué dans le Nouveau Testament : Actes IV, 11 ; il fait partie de la liturgie pascale.

747Osée

122Osée tient de la main gauche le phylactère, par sa partie enroulée ; celui-ci se déploie en dehors du cadre et même au-delà de la bordure décorative. Son nom figure verticalement à droite.

123 O

124 S

125 E

126 E

127 POSVIT ME QVASI SIGNV[M]

128 Osee. Posuit me quasi signu(m).

129 Osée. Il me pose comme une marque.

130Lamentations III, 12. Le lien avec la scène des Saintes Femmes au tombeau n’est pas très compréhensible.

131Comme souvent, le cycle paraît surtout consacré à Marie sur les plans épigraphique et iconographiques, mais la scène de la Déposition comme les textes de David et Osée montrent qu’avec l’évocation de la maternité de Marie, on célèbre le Christ et sa mort pour le salut des hommes.

CLERMONT-FERRAND, cathédrale - Vitraux

132Le registre le plus élevé des baies du chœur est consacré à des figures de patriarches et de prophètes, mais certaines des baies ont été restaurées ou remplacées. Nous ne tiendrons compte que des inscriptions anciennes, datées de 1273, ou de celles refaites à partir de modèles anciens, suivant ainsi le relevé du Corpus des Inscriptions de la France médiévale. Au nord se trouvent Barthélemy, Isaïe et Sophonie, David, Osée, Jérémie, Job, Aggée et Jonas, un roi, un évêque et un prophète. Au sud se succèdent Isaïe, Joël, Abraham, Abdias, Amos, Moïse, Balaam, David et Salomon, Habacuc, Michée.

133Ranquet du, Les vitraux de la cathédrale de Clermont-Ferrand, 1932, p. 271 à 286.

134CIFM, t. 18, notice 29, p. 181 à 183.

135Job

136IN CARNE MEA VIDEBO DEUM4

137In carne mea videbo Deum.

138Dans ma chair, je verrai Dieu.

139Job XIX, 26.

140Aggée

141VENIET DESIDERATUS CUNCTIS GENTIBUS

142Veniet desideratus cunctis gentibus.

143 Les richesses de toutes les nations arriveront.

144Aggée II, 8*.

145Jonas

146 DE VENTRE CETI CLAMAVI5

147 De ventre ceti clamavi.

148 Du ventre d’une baleine, je crie.

149Jonas II, 3. Le mot ceti ne figure pas dans le livre de Jonas mais est utilisé par Matthieu XII, 40 quand il cite Jonas II, 1.

150Job, Aggée et Jonas sont représentés dans la troisième baie à partir du nord ; il y a des éléments anciens mais les inscriptions figurant sur les phylactères ont été retouchées.

151Isaïe

152Il ne porte pas de phylactère.

153YSAIAS

154Isaias.

155Isaïe.

156Joël

157 DOMINUS DE SION RUGIET

158 Dominus de Sion rugiet.

159 Le Seigneur rugit de Sion.

160Joël III, 16.

161Abraham

162BENEDICENTUR IN SEMINE TUO

163Benedicentur in semine tuo.

164 Dans ta descendance seront bénies…

165Genèse XXVI, 4. Ce verset est cité par Tertullien.

166Abdias

167 IN MONTE SION ERIT SALVATIO

168 In monte Sion erit salvatio.

169 Sur la montagne de Sion sera le salut.

170Abdias 17.

171Amos

172SUSCITABO TABERNACULUM

173Suscitabo tabernaculum.

174 Je relèverai la tente.

175Amos IX, 11 ; texte repris dans Actes XV, 16.

176Moïse

177 PROPHETAM AL VIDEBITIS

178 Prophetam al(tum) videbitis.

179 Vous verrez un grand prophète.

180Il s’agirait d’une citation approchée de Deutéronome XVIII, 18, mais cela n’est pas évident ; l’ensemble des citations utilisées ici permettrait aussi de supposer qu’il s’agit du verset XVIII, 15 souvent associé à ceux présentés par Balaam, Joël, Aggée...6.

181Balaam

182 [ORIETUR] STELLA EX JACOB

183 (Orietur) stella ex Jacob.

184 Une étoile sortira de Jacob.

185Nombres XXIV, 17*.

186David

187L’inscription présentée par David est illisible et le relevé ancien sûrement incorrect7.

188Salomon

189 MATUTINA SAPIENTIA8

190 Matutina sapientia.

191 Sagesse du matin.

192Ces mots ne semblent pas correspondre à une citation quelconque. Une antienne évoque ces deux mots : Ave stella matutina vespertinaque sapientia, mais les premières attestations de ce chant ne remontent qu’au xve siècle.

193Habacuc

194Sous ses pieds est inscrit son nom.

195 ABACUC

196 SPLENDOR EJUS UT LUX ERIT IABCUDIS

197 Habacuc. Splendor ejus ut lux erit.

198 Habacuc. Son éclat sera comme la lumière.

199Habacuc III, 4. Les dernières lettres de l’inscription semblent ne rien vouloir dire. Peut-être une abréviation ou une copie fautive des mots de la partie suivante du verset : … ibi abscondita…

200Michée

201 [M]ICHEAS

202 VENIET POTESTAS PRIMA

203 [M]icheas potestas prima.

204 La puissance première viendra.

205Michée, IV, 8.

206L’ensemble des citations ne semble pas suivre un fil conducteur précis, mais de nombreux textes sont fréquents dans les cycles prophétiques.

CLERMONT-FERRAND, Notre-Dame-du-Port - Portail latéral

207Le portail sud de l’église est encadré par deux statues réemployées, Isaïe à gauche et Jean-Baptiste à droite. Le premier porte un phylactère désormais peu lisible, mais dont nous connaissons le texte par des relevés. Ces sculptures sont datées de la seconde moitié du xiie siècle.

208CIFM, t. 18, notice 41, p. 192.

209Comme précisé dans la notice du CIFM, on ne distingue que peu de lettres, tout au plus peut-on constater des capitales dont un H et un A très larges par rapport aux autres lettres.

210Isaïe

211Son nom est inscrit au-dessus de sa tête. Un texte figurait autrefois sur sa banderole.

212 ECCE ISAHIAS

213 VIRGO EXIERIT EX RADICE IESSE

214 Ecce Isaias. Virgo exierit ex radice Jesse.

215 Voici Isaïe. Une vierge sortira de la souche de Jessé.

216Isaïe XI, 1*.

217Jean-Baptiste

218Il est identifié par une inscription au-dessus de sa tête et il reste quelques fragments du texte qui figurait sur sa banderole.

219IOANNES BAPTISTA

220CE

221N

222D   I

223Ioannes Baptista. (Ec)ce (Ag)n(us) D(e)i.

224Voici l’Agneau de Dieu.

225Jean I, 29. Le verset de l’Évangile de Jean est moins fréquent que celui d’Isaïe dans les textes relevés ici, mais souvent repris dans la liturgie.

CONQUES, abbatiale Sainte-Foy, chapiteaux

226Trois chapiteaux recevant les arcades au fond du transept nord comportent des sculptures représentant la Vierge et trois annonciateurs de la naissance du Christ : Isaïe, l’archange Gabriel et Jean-Baptiste. La Vierge est figurée sur le chapiteau central avec Gabriel, à gauche Isaïe et à droite Jean-Baptiste.

227CIFM, t. 9, p. 27.

228Les inscriptions sont très soignées ; deux traits soulignent le bord du phylactère. Le texte d'Isaïe comporte des réglures, et une bordure souligne le phylactère de Jean-Baptiste. Les inscriptions, en capitales, comprennent quelques onciales : D, E, C.

229Gabriel

230Il est représenté presque de face, mais son buste est légèrement tourné vers la Vierge, son bras droit la désignant, tandis que sa main gauche, dont on devine les doigts, tient le haut enroulé du phylactère.

231 E

232 GA

233 BRI

234 ELA

235 NG

236 ELVS

237 A D

238 (Missus) e(st)Gabriel angelus a D(eo)

239 L’ange Gabriel est envoyé par Dieu

240On suppose que la serait le début du mot est et qu'il serait précédé par missus9.

241Isaïe

242Isaïe est auréolé et se présente de face, tenant de sa main gauche une branche dont l’extrémité supérieure comporte des feuilles.

243 DIX

244 IT I

245 SA

246 IAS

247 EXI

248 ET

249 VIR

250 GA

251 DE

252 RA

253 DI

254 CE

255 IES

256 SE ː

257 Dixit Isaias : Exiet virga de radice Jesse.

258 Isaïe dit : Une petite branche sortira de la racine de Jessé.

259Isaïe XI, 1. Lactance, Hilaire, Ambroise et Jérôme utilisent le texte que nous avons dans cette inscription, c’est-à-dire avec le verbe exiet10. Le mot dixit évoque là encore le dialogue mentionné dès le Sermon de Quodvultdeus*.

260Jean-Baptiste

261Présenté de face, son bras droit est tendu vers la Vierge et il porte un livre ouvert devant lui de son bras gauche.

262IOH   ECC

263 AN    E AG

264 NES  NVS

265AIT    DEIː

266Johannes ait : Ecce Agnus Dei.

267 Jean dit : Voici l’Agneau de Dieu.

268Jean I, 29.

269Nous avons ici le même texte de Jean que dans l’œuvre précédente, et le verset d’Isaïe est l’un des plus fréquents dans les inscriptions.

LAON, cathédrale - Voussures du portail

270Il s’agit du portail de gauche de la façade ouest de la cathédrale consacré à la Vierge-Mère. Il est orné de sculptures du début du xiiie siècle ; il a hélas subi des dommages et des restaurations malheureuses. Nous nous reportons pour cette notice à l’article de M.-L. Thérel. Le tympan représente une Vierge en majesté. Les deux premières voussures sont consacrées à un thème classique, le combat des Vices et des Vertus, alors que les deux suivantes, celles qui nous intéressent ici, sont consacrées l’une au témoignage du peuple juif sur la maternité virginale de Marie, et l’autre surtout au témoignage des gentils. La troisième voussure comporte la représentation d’une femme terrassant un serpent et qui serait Ève, préfiguration de Marie. De nombreux sermons du xiie siècle commentent ce passage de la Genèse en attribuant la victoire sur le serpent soit à la Maternité divine, soit au Fiat de Marie, soit à sa virginité. On voit ensuite successivement Daniel à qui Habacuc apporte une corbeille alors qu’il est dans la fosse scellée, Gédéon, Moïse, puis un prophète que M.-L. Thérel identifie comme étant Isaïe, mais qui pourrait être aussi Ézéchiel en raison de la proximité de la représentation d’une porte fermée. Sur la quatrième voussure, on remarque d’abord une femme avec une licorne, animal qui ne se laisse approcher que par une vierge et qui serait un symbole de la conception virginale du Christ. Ensuite est représenté Virgile dont on considère que la quatrième églogue des Bucoliques est une prédiction de la naissance du Christ, Balaam qui a aussi eu la révélation, et enfin la Sibylle.

271Therel, « Études iconographiques des voussures du portail de la Vierge-Mère à la cathédrale de Laon », 1972, p. 41 à 51.

272L’état des inscriptions ne permet pas une étude paléographique.

273Habacuc

274Il apporte une corbeille de nourriture à Daniel qui est enfermé dans la fosse aux lions.

275ABACHVC AFFERENS ESC

276Habacuc afferens esc(cam).

277Habbacuc apportant une corbeille.

278Ce texte ne correspond pas à un texte biblique précis, mais il fait allusion au récit de l’emprisonnement du prophète dans le livre XIV de Daniel.

279Gédéon

280Il prie devant la toison.

281 VELLVS

282 Vellus.

283 Toison.

284Il s’agit d’une allusion au texte des Juges VI, 36-38.

285Moïse

286Il se tient devant le Buisson ardent. Cette représentation est anépigraphe, mais elle est importante dans le contexte.

287Un prophète

288Là encore, il n'y a pas de texte. Mme Thérel identifie ce prophète comme étant Isaïe, pensant qu’il faut établir un lien entre lui et la femme terrassant le dragon qui serait une préfiguration de la Vierge, le texte qui ne figure pas sur le rouleau pouvant alors être le Ecce virgo… La représentation de la porte fermée juste au-dessus du prophète nous incite à croire qu’il s’agit plutôt d’Ézéchiel dont le texte sur la porte du Temple fermée est très souvent utilisé pour évoquer la maternité de Marie, Vidi portam…11.

289Une femme avec une licorne

290Selon la tradition rapportée en particulier par Honorius dit d’Autun, la licorne ne se laisse capturer que par une vierge et se réfugie près d’elle12. Dans l’exégèse chrétienne, la licorne serait le symbole de la conception virginale du Christ.

291 CAPITVR   LEXVS

292 Capitur (am)plexus.

293 Elle a été prise, enlacée.

294Il semble qu’amplexus devrait être au féminin. D’après M.- L. Thérel, le premier mot serait le dernier mot de la légende rapportée par Honorius alors que les dernières lettres exprimeraient l’enlacement de la licorne par la vierge, enlacement toujours mentionné dans la légende et traduit par le terme amplector.

295Virgile

296 IANO MITT

297 Ja(m) no(va) ...(de)mitt(itur).

298 Déjà, une nouvelle… est tombée

299Il s’agit donc ici du septième vers de la quatrième églogue : Iam nova progenies caelo demittitur alto (voici qu’une nouvelle génération descend des hauteurs du ciel)13.

300Balaam

301 B M ORIETVR STELLA EX IACOB14

302 B(alaa)m. Orietur stella ex Jacob.

303 Balaam. Une étoile se lèvera de Jacob.

304Nombres XXIV, 17*.

305La Sibylle

306 ADEVENI PER SECVLA FVTVRVS

307 Adveni per secula futurus.

308 Il arrive pour les siècles futurs.

309La Sibylle présente ici une partie du deuxième vers du poème acrostiche cité par Lactance, Eusèbe de Césarée et Augustin. Augustin, De civitate Dei, livre XVIII : E coelo advenit per saecla futurus15 ; livre VIII des Oracles sibyllins: Le futur roi viendra du ciel16.

310Ces voussures particulièrement intéressantes comprennent des citations ou leur évocation (par exemple pour Ézéchiel) habituellement utilisées pour illustrer la vie de la Vierge ou la Nativité. C'est ce qui explique la présence de personnage ne présentant pas d'inscription : par leur présence, ils évoquent des versets bibliques utilisés pour symboliser Marie : le Buisson ardent ou la Porte fermée, tout comme les courts textes inscrits sur ces voussures. Les citations ou allusions à Gédéon ou à la licorne sont rares, mais sont associées à Balaam, Virgile ou la Sybille dans d’autres œuvres comme par exemple sur le folio 92 de la Bible de Hildesheim17.

LILLE, musée - Plaque d’émail champlevé

311Cette plaque en forme d'écaille proviendrait d’un reliquaire réalisé peut-être à Maastricht et daté de 1160. Une autre plaque du même ensemble est conservée au musée de Boston.

312À gauche du demi-cercle la rosée s'échappe de la main de Dieu qui apparaît entre étoiles et nuages. Les gouttes de rosée (plutôt des rayons) tombent sur la toison ; la rosée se déverse dans un récipient placé en dessous, identifié par le mot CONCA (un coquillage). À droite, Gédéon, nimbé, en armure, portant une épée et un écu, se penche au-dessus de la toison. Le texte se poursuit dans les gouttes de rosée, et autour de la toison. A Priori cette image de la toison se déversant dans un récipient n'évoque rien de connu.

313La transcription a été faite d'après le cliché en ligne.

314Chefs d’œuvres romans des musées de province, s.d. « Bibliothèque du musée du Louvre », p. 68. http://www.pba-lille.fr/Collections/Chefs-d-OEuvre/Moyen-Age-et-Renaissance/Plaque-Gedeon-et-la-Toison

315Du fait de l'absence de l'émail, les inscriptions, sur cuivre, sont peu lisibles sur les photographies. Les lettres majuscules sont réparties entre les rayons de rosée, et autour de la toison. On ne remarque qu'une seule abréviation, I pour in.

Gédéon

Son nom est inscrit à côté de son nimbe.

316Il regarde la toison.

317 GEDEON

318 H ∙ ROS STILLAT I VELLERE

319 Gedeon. Hic ros stillat i(n) vellere.

320Comme la rosée tombe, goutte à goutte, sur la toison.

321Juges VI, 37. Cette phrase est mentionnée dans la liturgie de l’Avent, la Nativité et l’Annonciation et est citée dans la littérature patristique.

322Cette plaque comme celle de Boston faisaient vraisemblablement partie d'une même œuvre évoquant comme beaucoup la Nativité et le rôle de Marie dans cet événement.

LYON, cathédrale Saint-Jean - Vitrail de la Rédemption

323Le vitrail de la fenêtre centrale du chœur de la cathédrale réalisée entre 1215 et 1220 est consacré à la Rédemption. Il est composé de cinq grands médaillons : l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, la Crucifixion et la Résurrection. Au-dessus, l’Ascension est représentée sur deux médaillons. À côté de ces médaillons, dans la bordure, se trouvent des scènes se rattachant aux sujets évoqués : Isaïe et la licorne, le Buisson ardent, la Toison de Gédéon, la calandre, le sacrifice d’Abraham, Moïse et le Serpent d’airain, Jonas, l’Aigle et le Lion ainsi que deux anges portant des inscriptions. L’ordonnance des différents éléments ayant été modifiée, il n’est pas possible d’en tenir compte. Seul Isaïe présente un texte.

324Bégule, Monographie de la cathédrale de Lyon, p. 117.

325CIFM, t. 17, p. 72 à 74.

326Le texte du phylactère d’Isaïe est inscrit sur des lignes hautes et étroites ; les E et G sont des onciales et le O est en forme de navette.

327Isaïe

328Il est placé avec la jeune fille à la licorne à droite de l’Annonciation, tenant un phylactère déployé verticalement de la main gauche alors que, de sa main droite il le désigne pour le spectateur. Le prophète n’est pas identifié, contrairement à Moïse et Gédéon.

329 EC

330 CE

331 VI

332 R

333 GV

334 O18

335 Ecce virguo.

336 Cette jeune femme.

337Isaïe VII, 14.

338Là encore c'est Nativité qui est évoquée par le texte d'Isaïe, la licorne étant symbole de virginité.

LYON, Saint-Martin d’Ainay - Chapiteau

339L’église Saint-Martin d’Ainay, consacrée le 29 juin 1106, possède un chapiteau très simple représentant la tentation d’Adam et Ève et leur expulsion du Jardin d’Éden, l’Annonciation et un Christ en majesté entouré des symboles des Évangélistes. Des inscriptions accompagnent ces scènes. Marie est représentée sur la face sud, à droite pour le spectateur, sous une arcade qui retombe sur des colonnes. Sa tête est couverte d’un voile au centre duquel apparaît une croix ; elle soutient un livre de sa main gauche, quatre doigts maintenant ce livre ouvert. Marie tend sa main droite, paume en avant dans geste de surprise ou d’acquiescement.

340Birot, « Les chapiteaux des pilastres de Saint-Martin d’Ainay à Lyon » C.A.F. Avallon, 1907, p. 527 à 537.

341CIFM, t. 17, p. 88, photos 60 et 61.

342Les quatre lettres inscrites sont incluses dans un carré, deux sur chaque page. Un tilde est placé au-dessus de chaque lettre, les deux E sont onciaux.

343La Vierge

344 E      C

345 V      C

346 Ec(ce) v(irgo) c(oncipiet)

347 Cette jeune femme concevra (un fils)

348Ceci est la lecture que l'on fait généralement de ces quatre majuscules.

349Isaïe VII, 14*.

MATHA, église Saint-Pierre de Marestay - Chapiteau

350L’église Saint-Pierre de Matha est désormais réduite au sanctuaire. En entrant par la porte ouest, le visiteur pénètre directement dans le carré du transept. À gauche, une colonne encastrée dans le mur est surmontée d’un chapiteau représentant Daniel. Il porte un livre de sa main gauche ; seule la première ligne gravée sur le livre peur être déchiffrée.

351CIFM, t. 3, notice n° 15, p. 95.

352La photographie n’étant pas lisible, nous nous contentons des commentaires paléographiques du CIFM : le texte est inscrit sur des lignes tracées et comprend plusieurs onciales : D, E, et M.

353Daniel

354DANIEL IN

355L ACVM LE

356ONVM

357Daniel in lacum leonum.

358Daniel dans la fosse aux lions.

359Daniel VI, 16.

MOISSAC, abbatiale Saint-Pierre - Portail

360L’abbatiale aurait été fondée par Clovis ; plus tard, Charlemagne puis Louis le Pieux auraient permis des restaurations après des razzias au viiie siècle avant que surviennent de nouveaux pillages au xe siècle. La vraie restauration de l’abbaye remonte à l’abbé Durand : la nouvelle abbatiale a été dédicacée en 1063 et ses successeurs ont achevé la construction. En 1096, le maître-autel a été dédicacé par Urbain II. De part et d’autre de l’ébrasement du portail se trouvent deux sculptures, Isaïe et Pierre. Seul Isaïe porte un phylactère.

361Rupin, L’abbaye et les cloîtres de Moissac, Paris, A. Picard, 1897.

362CIFM, t. 8, 1983, p. 134.

363L’inscription du phylactère est composée de grandes capitales qui occupent tout l’espace. On note une seule onciale, le second E de ecce et des lettres enclavées : le I dans le V de virgo, dans le C de concipiet et dans le P du même mot. Ce dernier mot est abrégé, il manque le T.

364Isaïe

365Il est à droite du portail pour le visiteur qui entre dans l’église. Sur le côté gauche se trouve une statue de saint Pierre portant les clefs.

366 EC

367 CE

368 VIR

369 GO

370 CON

371 CIPIE19

372 Ecce virgo concipie(t).

373 Voici que la jeune femme concevra.

374Isaïe VII, 14*.

MOISSAC, abbaye Saint-Pierre - Chapiteaux du cloître

375Le cloître que nous voyons de nos jours est le plus grand des deux qui existaient au Moyen Âge. Il a été achevé sous l’abbatiat d’Ansquitil, successeur de l’abbé Durand, vers 1100 comme l’indique une inscription sur le pilier central de la galerie occidentale20. Les chapiteaux de ce cloître sont décorés de façon très variée : se succèdent des éléments décoratifs, des motifs floraux, des animaux, des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, des épisodes de la vie de saints… Comme cela a été fait pour le volume du Corpus des Inscriptions de la France médiévale, nous reprenons ici le plan et la numérotation des chapiteaux établis par E. Rupin. Relevés et traductions proviennent du CIFM.

376Rupin, L’abbaye et les cloîtres de Moissac, 1897.

377CIFM, t. 8, 1983, notice 15, p. 141-142 et pl. LV et LVI.

378Chapiteau n° 6

379On voit ici le songe de Nabuchodonosor tel qu’il est raconté dans le livre de Daniel. Le texte du tailloir se poursuit sur les quatre faces du chapiteau.

380L’écriture est parfaitement régulière, mais la lecture est assez difficile du fait du grand nombre de lettres conjointes ou enclavées. Il y a quelques onciales. On remarque plusieurs O en navette. Sur la face nord de ce chapiteau figure la ville de Babylone sur laquelle veillent deux gardes. La face ouest montre le roi changé en animal. Sur la face sud, Nabuchodonosor a retrouvé sa place sur son trône. Enfin, sur la face est, Daniel explique au son rêve.

381L'inscription du tailloir

382Face nord

383 NON[N]E HAEC EST BABILON MAGNA QVAM

384 Non(n)e haec est Babilon magna quam

385 N’est-ce pas là la grande Babylone que…

386Daniel IV, 27.

387EGO HEDIFICAVI : TIBI DICITVR NABVCHODONOSOR

388Ego (a)edificavi. Tibi dicetur, Nabuchodonosor.

389J’ai bâti : On te dit, Nabuchodonosor.

390Daniel IV, 27 -28.

391 REX REGNVM TVVM TRANSIIT A TE

392 Rex ; regnum tuum transiit a te.

393 Roi, ton règne a passé loin de toi.

394Daniel IV, 28.

395Le roi tient un phylactère.

396 NA

397 BV

398 CO

399 DO

400 NO

401 [SOR]

402Nabucodono(sor).

403 Nabuchodosor.

404Face est

405Daniel explique au roi le rêve.

406 FENVM VT BOS COMEDES ET SEPTEM TEMPORA MVTABVNTVR SVPER TE

407 F(a)enum ut bos comedes et septem tempora mutabuntur super te.

408 Tu mangeras du foin comme les bêtes et sept temps passeront sur toi.

409Daniel IV, 29.

410Chapiteau n° 37

411Il est consacré à l’adoration des Mages. Ce chapiteau présente de courts textes dont les lettres sont dispersées. On note une abréviation par suspension : OR pour orietvr.

412Aux deux angles supérieurs du chapiteau figure une étoile ; de part et d’autre de chacune sont inscrites deux lettres qui pourraient faire allusion à la prophétie de Balaam.

413OR

414Or(ietur stella).

415 Une étoile se lèvera.

416Nombres XXIV, 17*.

417Chapiteau n° 71

418Trois faces de ce chapiteau sont consacrées à l’Annonce aux bergers. Sur la quatrième face, Daniel est jeté pour la première fois dans la fosse aux lions. Les textes sont répartis sur le modillon central, sur les volutes et entre les personnages, Daniel et les lions. Sur le modillon central, il y a 5 lettres sur la première ligne et en dessous, un L avec un E à demi inclus et un M très large. Là encore on remarque un O en navette. Le L de leonis est inversé.

419Les lions

420Les deux lions aux angles sont identifiés par une inscription qui figure de chaque côté de Daniel, entre l’animal et la volute marquant l’angle du chapiteau. Ce texte est inscrit deux fois.

421 LEO

422 Leo.

423 Lion.

424Daniel dans la fosse aux lions

425 DANIE

426 LE M

427 L       A

428 CV I

429LE ON S

430Daniele(m) m(iserunt in) lacum leonis.

431Ils envoyèrent Daniel dans la fosse aux lions.

432Daniel VI, 16. Le rapprochement de cet épisode du livre de Daniel et de l’Annonce aux bergers peut s’expliquer par le fait que Daniel a annoncé la venue du Sauveur et que les premiers chrétiens le considéraient comme une préfiguration du Christ.

433On constate à travers ces trois chapiteaux la diversité des textes épigraphiques : un texte long, jamais cité ne semble-t-il et proche de la Bible pour l’un, courts et essentiellement évocateurs d’éléments connus de tous pour les deux autres.

NOHANT-VIC, église de Vic - Peintures murales

434L’église fut donnée aux moines de Déols par l’archevêque de Bourges probablement entre 1052 et 1099. Le vaste programme de peintures murales aurait été exécuté après la troisième période de construction au cours de laquelle l’abside fut édifiée. O. Demus situe la réalisation de ces peintures dans le second quart du xiie siècle21. Les peintures représentant les prophètes se trouvent en deux endroits de l’église. Les uns sont placés sur le mur est au-dessus de l’arc donnant accès au sanctuaire et les autres sur le mur ouest, de chaque côté de l’arc communicant avec la nef actuelle. Sur le côté du chœur sont représentés la Cène et des prophètes. Aucun texte biblique ne peut être reconnu de façon sûre dans les inscriptions présentées ici par les prophètes. La rédemption est le thème principal illustré par les peintures.

435Demus, La peinture murale romane, 1970, p. 139-140.

436CIFM, t. 25, notices 34 et 35, p. 57-60.

437Les inscriptions sont assez soignées, en capitales de module irrégulier, certaines à double tracé Des onciales apparaissent de façon aléatoire : D de David, E de propheta, N de descendit. Il n’y a pas d’abréviation.

438Jérémie

439 DNO ː SERVIT ː BENE ː JEREMIE ː PROPHETE

440 D(omi)no servit bene Jeremie prophete.

441Le prophète Jérémie : il sert bien le Seigneur.

442Le verset Jérémie XXX, 9 pourrait être à la source de cette inscription.

443Un prophète

444 [---]S ːPROPHETAː DOMINO

445 [---]s ː propheta Domino.

446Le prophète du Seigneur.

447Isaïe ?

448 ---] IAS ːPROPHETA ːTENENT [---

449 [Isa]ias propheta. Tenent [---

450 Le prophète Isaïe. Ils tiennent…

451David

452 DAVITː PROPHETA

453 Davit propheta.

454 Le prophète David.

455Moïse

456 MOYSEN

457 DESCENDIT A[---

458 Moysen. Descendit a(d)

459 Moïse. Il descendit (vers le peuple).

460Exode XIX, 25.

PARIS, musée du Louvre, ancienne collection M. Le Roy - Autel portatif

461Cet autel portatif, exposé au Louvre jusqu’au début des années 1980 n’est désormais plus visible. Il faut donc se résoudre à utiliser le relevé fait à l’époque où l’autel était accessible ainsi que la notice du catalogue raisonné rédigé par J.-J. Marquet de Vasselot22.

462L’autel est rectangulaire et repose sur quatre pieds figurant des monstres, de facture récente. Au centre du plateau se trouve la pierre de consécration en marbre gris-vert, entourée de dix plaques émaillées représentant des personnages de l’Ancien Testament et une Crucifixion, tandis que les apôtres sont répartis sur les faces latérales de l’autel. Le Christ entouré des symboles des Évangélistes, saint Jean et la Vierge occupent une des extrémités tandis que la Vierge à l’Enfant avec Gabriel et Raphaël sont figurés à l’autre extrémité (cette dernière plaque a été restaurée). J.-J. Marquet de Vasselot note que cet autel reproduit presque exactement celui de l’abbatiale de Mönchen-Gladbach réalisé à Cologne, avec la même disposition des plaques émaillées et en partie les mêmes sujets se rattachant au sacrifice de la messe23. De façon plus précise, il s’agit d’une évocation des préfigurations du sacrifice du Christ célébré au cours de la célébration.

463Marquet De Vasselot, Catalogue raisonné de la collection Martin Le Roy, 1906, p. 7 à 9.

464Melchisédech

465Il tient un pain et un calice.

466 MELChISEDECH

467 Melchisedech.

468 Melchisédech.

469Sacrifice d’Isaac

470Isaac est sur l’autel du sacrifice, le bélier dans le buisson et la main de Dieu apparaît dans le ciel.

471 ABRAHAM

472 CAPE·FILIVM̕·TVVM

473Abraham. Cape filium tuum.

474 Abraham. Prends ton fils.

475Genèse XXII, 10.

476Abel

477ABEL

478Abel.

479 Abel.

480Salomon

481SALOMON

482 ITE COMEDITE

483Salomon. Ite, comedite.

484Salomon. Allez, mangez.

485Isaïe

486 YSAIAS

487 COMEDITE BON

488 Ysaias. Comedite bonum.

489 Mangez ce qui est bon.

490Isaïe LV, 2.

491La Crucifixion

492L’Église et la Synagogue se tiennent de part et d’autre de la Croix.

493 ECCLESIA     SYNAGOGA

494 Ecclesia. Synagoga.

495 L’Église. La Synagogue.

496Moïse

497 MOYSES

498 ITA EXALTARI24

499 Ita exaltari.

500Ainsi doit être élevé (le Fils de l'homme).

501Jean III, 14 : Et sicut Moyses exaltavit serpentem in deserto, ita exaltari oportet Filium Hominis… TOB : Et comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut que le Fils de l'homme soit élevé…

502Malachie

503 MALACHIAS

504 OBLATIO MV

505 Malachias. Oblatio mu(nda).

506 Malachie. Une offrande pure.

507Malachie I, 11.

508David

509DAVID

510 PAN·ANGEL·

511David. Pan(em) angel(orum).

512David. Le pain des anges.

513Psaume LXXVIII, 25.

514Malgré la ressemblance iconographique avec l’autel de Münchengladbach, on note que les deux prophètes figurant dans les deux œuvres, Moïse et Isaïe, présentent des textes différents. Les inscriptions attribuées à Salomon et David figurent aussi sur l’ambon de Nicolas de Verdun, celles présentées par Abraham et Isaïe sont des citations uniques, de même que la partie de verset citée par Malachie.

PARIS, musée du Louvre - Plaque d’ivoire

515Il s’agit d’une plaque d’ivoire de petites dimensions (9,3 cm de haut sur 10,3 de large) provenant de Bamberg et réalisée vers 1200. Elle faisait partie de l’ancienne collection Antoine Salavin et a été achetée en 1972 par le Louvre et le Metropolitan Museum of Art de New York25. La plaque est délimitée en haut et en bas par une simple bordure, alors qu’à droite et à gauche de larges bandes d’entrelacs ajourés délimitent l’espace central. Jessé est couché dans un espace en dessous du reste de la scène délimitée par un rebord décoré de moulures et d’oves. Un tronc frêle jaillit de son nombril. Le tronc s’ouvre en formant un rinceau fermé, en forme de mandorle, à l’intérieur duquel est représentée la Vierge dont le bras droit levé soutient l’Enfant Jésus en dehors de l’espace délimité par les rinceaux. Elle présente de la main droite un phylactère peu déroulé. De part et d’autre de l’Enfant, trois colombes sont perchées sur des rameaux et une septième, posée en partie sur la bordure, semble le désigner. À droite du rinceau, Isaïe tend son bras droit pour désigner la scène centrale, tandis qu’il tient, en partie enroulé autour de son poignet gauche, un long phylactère dont la partie inférieure formant encore un rouleau repose au sol. À gauche se tient un personnage inattendu, Fulbert de Chartres ; lui aussi désigne Marie et l’Enfant et tient de sa main gauche un phylactère dont l’extrémité inférieure est cachée par la tête de Jessé. Le relevé a été réalisé sur place lorsque l’objet était au Louvre. http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=5334&langue=fr (consulté le 3/04/2017)

516Les textes des phylactères ne comprennent que deux lettres, des capitales, sur chaque ligne. Celui de Fulbert est inscrit sur des réglures. Il y a quelques abréviations par suspension ou contraction.

517Identification des personnages

518En haut :

519 SPS    SCS

520Sp(iritu)s s(an)c(tu)s

521L’Esprit Saint.

522En bas :

523 YSAIAS IESSE FVLBERTV

524 Isaias Jesse Fulbertu(s)

525 Isaïe. Jessé. Fulbert.

526Marie

527 ECCE A

528 CILLA

529 Ecce a(n)cilla.

530 Voici la servante.

531Isaïe

532 EG

533 RE

534 DI

535 ET

536 VG

537 A

538 E

539 Egrediet(ur) v(ir)ga (d)e

540 Une petite branche sortira…

541Isaïe XI, 1*.

542Fulbert de Chartres

543 VI

544 R

545 GA

546DI

547 GE

548 NIT

549 RIX

550 VI

551 GO

552 ∙∙VS

553Virga D(omin)i genitrix vi(r)go.

554La petite branche du Seigneur, la Vierge mère.

555Il s’agirait là du deuxième vers de l’hymne de Fulbert pour l’Épiphanie, mais il peut être aussi utilisé pour la fête de la Nativité de la Vierge : Virgo Dei genetrix virga est, flos Filius eius (La verge est la Vierge Mère de Dieu, et la fleur son Fils)26. Ce vers cité aussi dans Hymni et Carmina Ecclesiastica de Fulbert de Chartres27.

POITIERS, Notre-Dame la Grande, les peintures murales du chœur

556Ces peintures ont été étudiées récemment par R. Favreau après la découverte d'un relevé du xixe siècle réalisé par Gélis-Didot et Laffillée, deux architectes. Ces peintures, deux Sybilles et quatre grands prophètes sont placées sur les faces est des piliers carrés du carré du transept et dans les écoinçons des piliers ronds.

557Les noms sont disposés au-dessus et de part et d'autre des têtes des personnages qui portent des phylactères dont les inscriptions sont datées du début du xiie siècle par Gélis-Didot et Laffillée. Il y a cependant eu des restaurations dont nous ignorons l'ampleur.

558Le relevé des inscriptions présenté ici a été réalisé à partir des clichés publiés par R. Favreau en 2017 en ce qui concerne les Sibylles, et en suivant sa transcription pour les prophètes dont les textes sont moins lisibles sur les photographies.

559Favreau R., « Les peintures murales du rond-point de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers », CCM, n° 238, avril-juin 2017, p. 139-153.

560Favreau R., Les inscriptions de Poitiers (fin viie - début xvie siècle), 2017, notice n° 51.

561Les inscriptions en majuscules de grand module sont assez régulières, sans abréviations ni inclusions. On note de nombreuses onciales, M et E. On remarque le V et le R conjoints dans Tiburtina.

Les peintures des piliers

562La Sibylle d'Érythrée

563 SYBILLA

564 ERYT   HREA

565 IESO

566 VS : X

567 RISTO

568 S : TEO

569 V : VIO

570S : SOT

571ER

572Sybilla Erythrea. Iessous Christos Teou Uios Soter.

573La Sibylle d'Érythrée, Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur.

574Le texte attribué ici à la Sibylle d'Érythrée est celui formé par les premières lettres du poème acrostiche (Livre VIII des Oracles sibyllins.) cité par Lactance, Eusèbe de Césarée et Augustin*.

575La Sibylle Tiburtine

576 SYBILLA

577 TIBVR TINA

578NASC

579 ETVR :

580 CHRIS

581 TVS : IN :

582BETH

583LEEM

584Sybilla Tiburtina. Nascetur Christus in Bethleem.

585La Sibylle Tiburtine. Le Christ naîtra à Bethléem.

586Ce texte n'appartient pas aux oracles Sibyllins.

Les peintures des écoinçons

587Ézéchiel

588 EZEC   HIEL

589 ECCE :

590 EGO :

591 IVDICO

592 INTER :

593PECVS

594 ET :

595 PECVS

596 Ézéchiel. Ecce ego iudico inter pecus et pecus.

597 Ézéchiel. Voici que je juge entre brebis et brebis.

598Ézéchiel XXXIV, 17. Le texte du prophète précis : pecus pingue et macilentum, c’est-à-dire, entre brebis grasses et brebis maigres. Ce verset est repris par Matthieu lors de l'évocation du Jugement dernier (Matthieu XXV, 32-34).

599Isaïe

600 ISA IAS

601 ECCE

602 VIRGO

603 CONCI

604 PIET :

605 Isaias. Ecce virgo concipiet (filium)

606 Isaïe. Cette jeune femme concevra (un fils)

607Isaïe VII, 14*.

608Daniel

609 HIERE MIAS

610 GERMI

611 NARE :

612 FACIA

613 M : DAVI

614 D : GERM

615 EN : IVS

616 TITIAE

617 Hieremias. Germinare faciam David germen iusticiae.

618 Jérémie. Je ferai éclore en David un germe de justice.

619Jérémie XXXIII, 15. Ce rappel de l'origine du Christ dans a lignée de David est très fréquent dans le Nouveau Testament. Ce verset est utilisé par la liturgie pour l'Annonciation et la période de l'Avant.

620Daniel

621 DAN  IEL

622 IPSE

623LIBER

624ATOR:

625 ATQVE

626 SALVA

627TOR :

628Daniel. Ipse liberator atque salvator.

629Daniel. Lui-même libérateur et sauveur.

630Daniel VI, 27 : Ipse liberator, atque salvator, faciens signa, et mirabilia in caelo, et in terra : qui liberavit Danielem de lacu leonum ; TOB : Il délivre et il sauve ; il opère des signes et des prodiges dans le ciel et sur la terre, puisqu’il a délivré Daniel de la main des lions.

631David

632DAV  ID

633 EXV

634 RGE :

635DOM

636 INE :

637DEVS :

638David. Exurge Domine Deus.

639David. Lève-toi Seigneur Dieu.

640Psaume X, 12 (Vulgate IX, 12) : Exsurge Dominus Deus, exaltetur manus tua : ne obliviscaris pauperum ; TOB : Debout, SEIGNEUR ! Dieu, lève la main ! n’oublie pas les malheureux !

641Salomon

642 SALO MON

643 FILI

644 VM :

645 DEI :

646 SE : N

647 OM

648 INAT :

649 Salomon. Filium Dei se nominat.

650 Salomon. Il se nomme fils de Dieu.

651Livre de la Sagesse, II, 13.

652Cet ensemble d'inscription ne comporte que deux textes figurant dans notre corpus : Celui attribué à Salomon, qui est inscrit sur les mosaïques de Monreale et Isaïe VII, 14 qui est la citation revenant le plus souvent dans les cycles prophétiques. Il s'agit bien sûr dans ces peintures d'annoncer la naissance du Messie mais d'une façon moins rigoureusement organisée que sur la frise de la même église. La présence des Sibylles et surtout le texte de la Sibylle d'Erythrée montre un respect de la tradition médiévale, mais nous n'avons pas d'autre inscription portant cette partie de l'acrostiche, à la période qui nous concerne au moins ; généralement on utilise un des premiers vers. La Sibylle Tiburtine annonce ici la naissance du Sauveur par une simple phrase non biblique et les autres citations sont d'ordre plus général, même si les personnages présentés sont ceux que l'on montre traditionnellement.

POITIERS, Notre-Dame-la-Grande - Frise de la façade

653La façade de Notre-Dame-la Grande se distingue des autres églises romanes par la frise qui court au-dessus du triple portail. Cette f, datée du xiie siècle, a été étudiée dès le xixe siècle à propos des prophètes et des inscriptions qu’ils présentent. Sur cette frise se déroule l’histoire de l’incarnation, à travers des scènes illustrant les passages de l’Ancien Testament, du Nouveau Testament et des Évangiles apocryphes : Adam et Ève, Nabuchodonosor, Daniel, Jérémie, Isaïe et Moïse, puis l’Annonciation, une ébauche d’Arbre de Jessé, la Visitation ; la Nativité avec le Bain de l’Enfant et la figure pensive de Joseph terminent la frise. Seules les scènes de l’Ancien Testament sont accompagnées de textes.

654Les quatre prophètes sont représentés en buste, Daniel et Jérémie étant tournés l’un vers l’autre et Isaïe vers Moïse ; on remarque que ce mouvement de la tête est plus accentué chez les deux prophètes du centre. Tous portent une auréole Les inscriptions sont désormais peu lisibles ; le relevé proposé ici a été fait à partir de photos datant de la campagne de restauration de la façade effectuée au début des années 90.

655CIFM, t. 1, 1974.

656Favreau, Les inscriptions de Poitiers (fin viie - début xvie siècle), 2017, notice 53, p. 53-86.

657Les inscriptions que l'on peut encore lire, comme celle de Nabuchodonosor, sont très soignées, composées de lettres régulières. On remarque des O ronds et un en navette. Il y a un certain nombre d'abréviations par suspension et le O de Nabuchodonosor est inscrit dans le D.

658Adam et Ève

659Adam se situe, pour le spectateur, à gauche de l’arbre et Ève à droite. Le serpent est enroulé autour du tronc de l’arbre. L’inscription se situe au niveau de la tête d’Ève, à droite.

660 EVA

661 Eva.

662 Ève.

663Nabuchodonosor

664Le roi est assis sur un trône ; il porte un long vêtement et une couronne. Il étend les bras dans le mouvement d’un orateur.

665 NABVCO      DONOSOR

666  REX

667 Nabuchodonosor rex.

668 Le roi Nabuchodonosor.

669Daniel

670Daniel est représenté tête nue, avec des cheveux longs et bouclés. Il tient son phylactère enroulé partiellement aux deux extrémités, de la main gauche, tandis que son avant-bras droit est ramené contre son buste. On remarque un vêtement différent de celui des trois autres prophètes.

671 CVM

672 VE

673 NE

674 RIT

675 SCS

676 SCO

677 RVM

678 CE

679 [---]

680 Cum venerit Sanctus sanctorum ce(ssabit unctio).

681 Lorsque sera venu le Saint des saints, l’onction cesser.

682Texte inspiré de Daniel IX, 2*.

683Jérémie

684Le prophète, qui a également les cheveux longs, porte une coiffure difficile à définir ; il est vêtu d’une tunique, aux manches larges, ornée de broderie. Il tient à deux mains un livre sur lequel figure l’inscription.

685 [---] [ --]  

686 T  ---

687 HE ---

688 [-] N TE ----    

689 RRIS ---

690 VIS ---

691 ---]

692 (Po)st hec (i)n terris vis(us est et cum hominibus) con(versatus est).

693 Et il a été vu sur la terre et a vécu avec les hommes.

694Baruch III, 38*.

695Isaïe

696Vêtu comme Jérémie, avec les cheveux longs, il ne porte aucune coiffure. Le prophète tient son livre à deux mains, tout en tournant la tête vers Moïse.

697 EGRE    [---]

698 DIET [--]    IE

699 [--] VIR     [--]  ET

700 GA [--]      [---]

701 E(gr)ediet(ur) virga de (r)adice Je(sse) et (fl)os.

702 Une petite branche sortira de la racine de Jessé.

703Isaïe XI, 1*.

704Moïse

705Il se présente comme Jérémie, avec une coiffure ; il tient un phylactère déployé obliquement, la main gauche étant la plus haute. On distingue mal sa main gauche, la pierre étant abimée ; en revanche, on voit bien sa main droite dont la paume est ouverte et le pouce semble maintenir déroulée l’extrémité du phylactère.

706 PRO

707 [---]

708 [---]

709 DA[--]

710 [---]

711 [---]

712 [---]

713 [---]

714 [---]

715 [---]

716 [---]

717 EST

718 MA

719 Pro(phetam) da(bit vobis de fratribus vestris et non)est(i)ma(bitur)

720Il vous donnera un prophète parmi vos frères et (aucun) ne sera estimé…

721Le texte qui figure sur le phylactère de Moïse est donc composé de deux passages bibliques aisément reconnaissables dans la mesure où ce sont des passages de versets cités fréquemment dans les évocations de la Nativité : Deutéronome XVIII, 15 et Baruch III, 36-37. Le texte du Deutéronome mentionné ici est repris dans Actes III, 20-22*.

722Si l'on considère l'intégralité de la frise, les personnages représentés et les inscriptions, on comprend qu'il y a là l'œuvre la plus proche du Sermon et du Drame liturgique, et qu'il s'agit d'une annonce de l'Incarnation. Les quatre phylactères portent des textes figurant dans ces deux écrits.

POITIERS, église Saint-Porchaire - façade de l’église

723Il s’agit du chapiteau de droite du clocher-porche sur la façade occidentale. Daniel figure dans une mandorle autour de laquelle court une inscription. Les lions sont représentés en bas du chapiteau, à droite et à gauche de la mandorle. Au-dessus du lion de droite, on distingue un personnage tenant un sac, sans doute Habacuc apportant des provisions. Un ange est figuré plus haut, et, en face de l’ange, à gauche, apparaît la main de Dieu.

724CIFM, t. 1, 1974.

725Bien que la sculpture soit en assez mauvais état, on remarque que l’écriture en capitales est relativement régulière, avec cependant des V de module plus grand que les autres lettres.

726Daniel

727 HIC DANIEL DOMINO VI[NCIT] COETVM LEONINVM

728 Hic Daniel Domino vi(ncit) coetum leoninum.

729 Là Daniel, grâce au Seigneur, triomphe de la troupe des lions.

730Il s’agit d’une évocation du chapitre VI du livre de Daniel (versets 17 à 24) mais la citation ne correspond à aucun texte précis.

LE PUY-EN-VELAY, cathédrale - Peinture murale de la Salle des Morts

731Il s’agit d’une Crucifixion, remontant vraisemblablement à la première moitié du xiiie siècle qui couvrait un tympan de l’ancienne salle capitulaire. La Crucifixion est enserrée dans un espace carré au centre du tympan. Là se tiennent, de part et d’autre du Christ crucifié, la Vierge à droite, et Jean à gauche. Au-dessus des bras de la croix, deux anges aux visages attristés sont représentés à côté du soleil et de la lune alors que, plus haut au centre, se tiennent deux groupes d’anges dont se détachent les deux du milieu, inclinés vers la croix. À gauche de la Crucifixion proprement dite pour le spectateur, Isaïe en bas et Osée au-dessus présentent des phylactères, tandis que de l’autre côté on peut voir Jérémie et le philosophe juif Philon qui montrent également des banderoles ; tous ont une auréole. Les deux prophètes de la partie inférieure sont figurés en buste tandis que l’on voit les deux tiers des corps d’Osée et Filon. Le nom de trois d’entre eux est placé dans la bordure du tympan au niveau des têtes.

732CIFM, t. 18, 1995, p. 123 et 124.

733Demus, La peinture murale romane, 1970, p. 147 et clichés p. 147 et 148.

734L’ensemble des textes est écrit en capitales régulières avec de nombreuses onciales : E, D, V, M… Les conjonctions sont nombreuses (VA de tva par exemple). Il y a également des abréviations par signes spéciaux classiques comme pour le -us de morsvs.

735Isaïe

736Isaïe tient un phylactère à deux mains. Il porte les cheveux longs, la barbe et de longues moustaches. La partie droite du vêtement du prophète et du phylactère sont très abimées.

737Y

738S

739A

740I

741A

742S

743SICUT ⁞ OVIS ⁞ AD ⁞ OCCI [SIONEM ⁞ DUCETUR ⁞ ET ⁞ QUASI ⁞ AGNUS ⁞ CORAM ⁞] TONDENTE ⁞ SE⁞ OBMUTUIT ⁞ ET⁞

744tondente se obmutuit et (non aperuit os suum).

745Isaïe. Comme un mouton qui est conduit à la mort et comme un agneau en présence de celui qui la tond, il perdit sa voix et n’ouvrit pas sa bouche.

746Isaïe LIII, 7. Le verset est repris dans le Nouveau Testament : Actes VIII, 32 et fait partie de la liturgie et des lectures de la Semaine sainte. Il est cité dans tous les textes de la controverse avec les Juifs.

887Osée

748Cette partie de la peinture murale est en bon état, ce qui permet de mieux voir le vêtement du prophète, le même à peu près que les autres, tunique et manteau. Son phylactère, tenu à deux mains, forme un arc de cercle en diagonale. L’extrémité la plus haute est tenue par la main gauche d’Osée tandis que la main droite tient le bas, presque à l’extrémité du long côté du phylactère, deux doigts étant visibles.

749 OSE⁞ PROPHETA

750 ⁞ O ⁞ MORS ⁞ ERO ⁞ MORS ⁞ TUA ⁞ MORSVVS ⁞ TUUS ⁞ ERO ⁞ INFERNE

751 Ose propheta. O Mort, ero mors tua, morsuus tuus ero inferne.

752 Le prophète Osée. O Mort, je serai ta mort, ta morsure dans les enfers.

753Osée XIII, 14*.

754Jérémie

755En face d’Isaïe, Jérémie tient une banderole déployée elle aussi en arc de cercle, en diagonale, deux doigts de sa main droite apparaissant au-dessus de la partie la plus élevée. L’état de la peinture ne permet pas de distinguer complètement la main gauche. Le nom du prophète n’est pas lisible.

756 EGO ⁞ QUASI ⁞ AGNUS ⁞ M[ANSUETUS ⁞ QUI ⁞ PORTATUR ⁞]

757 AD VICTIMAM [---] US [---]

758 ET [---]MA DEUS : MEUS

759 Ego quasi agnus mansuetus qui portatur ad victimam [---] [---] et[---]ma Deus meus.

760 Moi, comme un agneau docile mené au sacrifice…

761Jérémie XI, 19. Ce passage du livre de Jérémie fait partie de la liturgie de la Semaine Sainte et est parfois utilisé dans la controverse avec les Juifs. Les mots ou fragments de mots de la deuxième partie de l'inscription ne permettent pas de reconnaitre le texte évoqué dans les versets suivants.

762Philon

763Philon fait face à Osée ; son vêtement est plus recherché que celui des autres prophètes, orné de broderies.

764 FILO

765 DIXERUNT ⁞I MPII ⁞ OPPRIMAMUS ⁞ VIRUM ⁞ JUSTUM ⁞

766 INJUSTE ⁞ MORTE ⁞ TURPISSIMA ⁞ CONDEMNEMUS ⁞

767 EUM ⁞ TANQVAM ⁞ NUGACES ⁞ ESTIMATI ⁞ SUMUS ⁞ AB ⁞ ILLO ⁞

768 Filo. Dixerunt impii opprimamus virum justum. Injuste morte turpissima condemnemus eum. Tanquam nugaces estimati sumus ab illo.

769 Philon. Les impies dirent : Opprimons l’homme juste injustement, condamnons-le à une mort honteuse. Nous sommes considérés par lui comme des plaisantins.

770L’inscription rassemble trois textes tirés du Livre de la Sagesse : Sagesse II, 10, Sagesse II, 16 et Sagesse II, 20. Ici, virum remplace pauperem et le mot injuste a été ajouté. Ces versets ont un usage liturgique durant la Semaine Sainte.

771Les trois premières inscriptions se retrouvent plusieurs fois dans les œuvres répertoriées ; toutes suggèrent la Crucifixion.

LE PUY-EN-VELAY, musée Crozatier - Peintures murales de la cathédrale

772Il s’agit là de copies de peintures murales de la fin du xie et du début du xiie siècle et reprises dans le volume 18 Corpus des inscriptions de la France médiévale. Les deux premières se trouvaient sur l’arcature centrale et l’arcature droite du clocher, les autres sur les piliers des bras sud du transept de la cathédrale. Tous sont représentés en pieds, vêtus de tunique et manteau. David et Michée, contrairement aux trois autres, ne sont pas barbus. Leurs noms sont inscrits sur la partie supérieure du cadre qui entoure chaque personnage. Ils tiennent tous leur phylactère de la main gauche dont on voit tous les doigts, le pouce étant levé. Michée fait exception, deux doigts seulement de sa main gauche étant visibles. Nous reprenons ici le relevé publié par le CIFM.

773Durliat, La cathédrale du Puy, 1975.

774CIFM, t. 18, notices 36 à 40.

775Moïse

776Il était figuré sur l’arcature centrale du clocher. Il est debout et tient un phylactère. Son nom est inscrit une deuxième fois de part et d’autre de sa tête.

777 MOYSES

778 MOY   SES

779 PROPHE[T]

780 AM DE

781 GENTE

782 TUA ET

783 DE FRA

784 TRIBUS

785 TUIS SI

786 CUT ME

787 SUSSCI

788 TABIT TI

789 BI D[OMI]N[U]S

790 Moyses. Moyses.Prophe(t)tam de gente tua et de fratribus tuis sicut me susscitabit tibi D(omi)n(u)s.

791 Moïse. Le Seigneur fera lever pour toi un prophète comme moi parmi tes frères.

792Deutéronome XVIII, 15*.

793David

794Il était figuré sur l’arcature droite du clocher. Il semble faire un geste de bénédiction de la main droite.

795 DAVID PROPH[ETA]

796 INDU

797 TI SU

798 NT AR[IE]

799 TES O

800 VIUM

801 ET VA[L]

802 LES

803 ABUN

804 DABU

805 NT FR[UMENTO]

806 David proph(et)a. Induti sunt ar(ie)tes ovium et va(l)les abundabunt fr(umento).

807 Les troupeaux sont pleins de brebis et les vallées abondent en blé.

808Psaume LXV, 14. La traduction de ovium par troupeaux essaie de donner un sens à la première partie du texte.

809Zacharie

810Son avant-bras droit replié contre sa poitrine, il tend son index vers la gauche.

811 ZACARIAS

812 EX

813 UL[TA]

814 FILIA SI

815ON ECCE

816 REX [TU]

817 US V[E]N[IET]

818 TIBI [J]US

819TUS ET

820 SA[L]VATO[R]

821 IPSE PA[U]

822 PER ET [A]

823 SCENDEN[S]

824 SU[PER] ASI

825 [NAM ET] SU[P]ER

826 PULLUM

827 FILUM

828 ASINAE

829Zacharias. Exul(ta) ilia Sion, ecce rex v(e)n(iet) tibi (j)ustus et sa(l)vato(r), ipse pa(u)per et (a)scenden(s) su(p)er pullum filium asinae.

830 Voici qu’un roi vient vers toi, juste et sauveur, lui-même pauvre et monté sur un ânon, fils d’une ânesse.

831Zacharie IX, 9*.

832Sophonie

833 SOPHONIAS

834 LAUDA

835 FILIA

836 SION E[T]

837 J]UBILA

838 TU ISR

839 RAEL[LAE]

840 TARE ET

841 EXUL

842 TA IN O

843MNI [CO]RD

844 E FILIA

845 HIERU

846SALEM

847 Sophonias. Lauda filia Sion e(t) jubila tu Israel ; [lae] tare et exulta in omni (co)rde filia Hierusalem.

848 Sophonie. Loue, fille de Sion et pousse des cris de joie, toi Israël, crie de joie et célèbre Dieu de tout ton cœur, fille de Jérusalem.

849Sophonie III, 14.

850Michée

851La représentation du prophète aurait été identique à celle des précédents, mais nous n’en connaissons que la transcription du nom et des quatre premières lignes. La notice du Corpus propose une restitution vraisemblable en envisageant l'espace disponible.

852 MICHA

853 PRINCIPIU[M]

854 PECCATI

855 EST FILIE

856SION [QUIA

857 IN TE IN

858 VENTA SUNT

859SCELERA

860 ISRAEL]

861 Micha. Principiu(m) peccati est filie Sion, (quia in te inventa sunt scelera Israel)

862Michée. C'est le début du péché pour la fille de Sion, (parce que les crimes d’Israël se trouvent en toi).

863Michée I, 13.

864Les textes de Michée et David ne se retrouvent pas dans d’autres ensembles, tandis que ceux de Moïse et Zacharie sont fréquents.

SAINT-DENIS, basilique - Verrière de l’Arbre de Jessé

865Le vitrail de l’Arbre de Jessé marquait le début de la série de vitraux qui ornaient le chœur est généralement daté de 1145. Le rituel de Saint-Denis évoquait précisément la généalogie du Christ devant la chapelle médiane du déambulatoire dédiée comme il est de coutume à la Vierge28. Les prophètes sont représentés dans des demi-médaillons de chaque côté du tronc de l’Arbre sur lequel figurent les ascendants du Christ. Le vitrail ayant été restauré à plusieurs reprises, seuls Isaïe, Moïse et Samuel ont conservé leurs inscriptions d’origine. Deux autres prophètes ayant appartenu au vitrail de l’abbé Suger se trouvent actuellement à Wilton (Grande-Bretagne) : Osée et Balaam. L. Grodecki note que certains textes, dont on suppose qu’ils sont authentiques, ne correspondent pas du tout au thème de l’arbre de Jessé : Daniel IX, 27 (désastre d’Israël) et Jérémie XI, 18 (Passion, en réalité XI, 19).

866Grodecki, Les vitraux de Saint-Denis, 1976, p. 71 à 77, photographies p. 174.

867Ce que l’on peut voir des textes attribués aux prophètes nous montre des inscriptions soignées et régulières en capitales. L’abréviation classique DNS est employée pour Dominus.

868Isaïe

869 PARIET FILIVM

870 Pariet filium.

871 (La jeune femme) donnera naissance à un fils.

872Isaïe VII, 14*.

873Moïse

874 S SIMILE MEI [---] SVSCITABIT DNS

875 S(icut) simile mei suscitabit D(omi)nu(s)

876 Le Seigneur fera se lever un prophète comme moi.

877Deutéronome XVIII, 15. Ce passage est repris dans le Nouveau Testament, Actes III, 22 et cité par Cyprien, Tertullien, Lactance…

878Samuel

879 EMIT E VMGEREM N REGEM

880Emit (m)e umgerem in regem.

881Il m'envoya pour que j'oigne roi …

882L. Grodecki pense qu’il s’agit d’un verset du Livre de Samuel : I Samuel XV, 1.

SAINT-JACQUES DES GUÉRETS, église, peintures murales

883Sur le mur sud de la nef, dans la partie médiane, est représentée une Descente aux limbes où l’on voit le Christ maîtriser un diable. Ces peintures sont datées par O. Demus des environs de 120029. Les transcriptions présentées ici sont celles du CIFM.

884Deschamps et Thibout, La peinture murale en France, 1951, p. 129.

885Demus, La peinture murale romane, 1970, notice p. 144-145.

886CIFM 25, notice 155, p. 184-186,

Osée

888MORS E[RO]

889 MORS TTVV[S]

890ERO INFER

891  NE

892 Mors e(ro), mors ttuu(s) ero inferne.

893 Je serai ta mort, je serai ta mort dans les enfers.

894Osée XIII, 14*.

SAINT-SAVIN-SUR-GARTEMPE, abbatiale - Peintures murales

895Si les peintures de la voûte sont parfaitement connues, celles des écoinçons des colonnes de la nef, datées elles aussi des environs de 1100, le sont moins car très endommagées ; les textes des phylactères, non peints a fresco sont encore moins bien conservés que le reste des peintures. Dix prophètes étaient représentés au-dessus des colonnes des cinq dernières travées de la nef ; seuls Jonas et Zacharie sont identifiables. Comme les autres, ils sont représentés avec les bras étendus et tiennent un phylactère de la main droite.

896CIFM, t. 2, 1975, p. 127 à 130.

897Compte tenu de l’état de ces peintures, il n’est guère possible d’envisager une étude paléographique. Quelques éléments sont donnés dans le relevé de l’ouvrage cité ci-dessus.

898Jonas

899    SI

900 CV[T]

901 F[V]

902   IT

903   IO

904 NAS

905   IN

906 VEN

907 TR

908   E

909 Sicu(t) f(u)it Jonas in ventre.

910 Comme Jonas fut dans le ventre

911Jonas III, 1. Texte repris dans le Nouveau Testament, Matthieu XII, 40.

912Zacharie

913

914

915

916 SION

917  ..

918 . E

919 ..

920  X

921 (Filie) Sion (ecc)e re(x)

922 Fille de Sion, voici que ton roi…

923Allmer et Terrebasse de, Les inscriptions antiques et du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné, t. 2, 1875, p. 108-113.

924CIFM, t. 15, p. 125 et 126.

925Inscription de la partie supérieure

926 +EST.SACRO. SANCTORVM.MIHI. SARCINA. GRATA. LIBRORVM NAM. QVI. VERBA. DEI.PREDICAT. APTOR. EI.

927 +Est sacro sanctorum mihi sarcina grata librorum nam qui verba Dei predicat aptor ei.

928+La charge des livres très saints m’est agréable et je suis disposé pour celui qui prêche la parole de Dieu.30

929Isaïe

930 [ISAIAS] ECCE VIRGO CONCIPIET

931 (Isaias). Ecce virgo concipiet et…

932(Isaïe). Cette jeune femme concevra et…

933 [DANIEL] CVM VENERIT SANCTVS SANCTORVM CESSABIT

934 (Daniel). Cum venerit Sanctus sanctorum cessabit…

935 (Daniel). Quand viendra le Saint des saints cessera…

936Texte inspiré de Daniel IX, 24.

937Jean

938 [IOHANNES] IN PRINCIPIO ERAT VERBVM.

939 (Iohannes). In principio erat verbum.

940 (Jean). Au début était le Verbe.

941Paul

942 [PAVLVS] SCIO ENIM CUI CREDO.

943 (Paulus). Scio enim cui credo.

944(Paul). Je sais en effet en qui je crois.

945Le verset qui a inspiré cette inscription est un verset de l’épître à Timothée (II Timothée I, 12).

Notes

1 Grodecki, Le vitrail roman, 1977, p. 278

2  Transcription d’après le dessin de Didron « La symbolique chrétienne », 1848, pl. h.t. - Traduction : Gauthier, Émaux du Moyen Âge occidental, notice n° 103, p. 356.

3 Gauthier, Émaux du Moyen Âge occidental, pl. 103, p. 147.

4  Cette inscription n’est plus lisible et c’est un relevé de 1912 qui est cité dans CIFM, t. 18, p. 181.

5  Là encore, il s’agit d’un relevé ancien.

6 CIFM, t. 18, p. 183.

7  CIFM, t. 18, p. 182.

8  Le dernier mot figure sur le relevé ancien mais n’était plus visible au début du xxe siècle ; voir CIFM, t. 18, p. 182.

9 CIFM, t. 9, p. 27.

10 CIFM, t. 9, p. 29, note 1.

11  Ézéchiel XLIV, 1-2. Voir France 4-d.

12 Honorius, Speculum Ecclesiae, pl. CLXXII, col. 819.

13 Virgile, Bucoliques, 1970, p. 60.

14 Thérel, « Études iconographiques des voussures du portail de la Vierge-Mère à la cathédrale de Laon », 1972, p. 41 à 51.

15  Du siècle viendra le roi des siècles. Augustin, De civitate Dei, Livre XVIII, pl. XLI, col. 579. Traduction : La cité de Dieu, 2000, p. 790.

16 « Oracles Sibyllins », 2005, p. 1071.

17  La Bible de Hildesheim (dite aussi missel de Stammhein) appartenait à la collection Furstemberg et se trouve désormais au Paul Getty Museum de Los Angeles. Le cliché de cette page se trouve dans l’article de M.-T. Thérel, pl. VI, fig. 7. Voir aussi Missel de Stammhein, Teviotdale, The Stammheim Missal, 2001 https://books.google.fr/books?id=vJUnAgAAQBAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false (consulté le 20/02/16).

18 Bégule, Monographie de la cathédrale de Lyon, p. 117, fig. 14.

19 CIFM, t. 8, notice 11, p. 134 et pl. LII, fig. 112.

20 CIFM, t. 8, notice n° 48. p. 176 et 177.

21  DEMUS, La peinture murale romane, 1970, p. 139-140.

22 Marquet de Vasselot, Catalogue raisonné de la collection Martin Le Roy, 1906, p. 7 à 9, n° 6. Un conservateur contacté a expliqué que l’autel n’était pas exposé à cause de son mauvais état. Il ne figure pas actuellement sur la liste des autels de la même collection sur le site internet.

23 Marquet de Vasselot, Catalogue raisonné de la collection Martin Le Roy, 1906, p. 9.

24 Marquet de Vasselot lisait Ica exattari.

25  Cliché sur le site web.

26 http://ephata.actifforum.com/t658-nativite-de-la-bienheureuse-vierge-marie-8-septembre

27  Paragraphe XI, De Beata Virgine, pl. 141, 3ème vers du 2ème répons, col. 345.On peut rappeler ici l’importance de l’évocation de la stirps Iesse dans les écrits de Fulbert, en particulier dans le sermon Approbate consuetudinis rédigé pour la fête de la Nativité de la Vierge et qui a joué un rôle important dans le début de l’expansion du culte marial. Notons au passage que ces premiers mots figurent déjà dans une homélie d'Augustin destinée à la célébration de la Vierge.

28 Grodecki, Les vitraux de Saint-Denis 1976, p. 71.

29 Demus, La peinture murale romane, 1970, notice p. 145.

30  Traduction CIFM, t. 15, p. 125.

Pour citer cet article

Françoise Gay (2019). "France = Les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art de l’Occident médiéval – catalogue et édition". In-Scription - Livraisons | Deuxième livraison.

[En ligne] Publié en ligne le 11 mars 2019.

URL : http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=313

Consulté le 22/09/2019.

A propos des auteurs


Deuxième livraison



Contacts

Université de Poitiers
15 rue de l'Hôtel Dieu
TSA 71117
86073 POITIERS Cedex 9 - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique : 2553-5293

Dernière mise à jour : 13 mai 2019

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)